Lutte contre la violence à Saint-Quay-Portrieux

Dans la nuit de mercredi à jeudi, l’école primaire “Les Embruns” de Saint-Quay-Portrieux (Bretagne) a été saccagée : la porte d’entrée en verre a été fracturée et les congélateurs ont été ouverts, ce qui a nécessité la fourniture de repas de substitution ce midi.

saint-quay-portrieux-ecole-embruns-saccageeTel sont les faits que j’ai pu lire ce matin à 11h45 dans une dépêche d’Ouest France et à 12h39 dans un message de la municipalité adressé aux conseillers municipaux (prévenus en dernier, comme d’habitude…) :

À 7h30 ce matin, les agents officiant à l’école primaire des Embruns ont constaté des actes de vandalisme commis au cours de la nuit. Police municipale, gendarmerie et élus ont été immédiatement prévenus et étaient sur place avant 8h. Rejoints par les techniciens en identification criminelle de Saint-Brieuc aux environs de 9h.

Moins d’une demi-heure entre la constatation des dégâts (7h30) et l’arrivée sur place (avant 8h) des responsables municipaux : le maire, Thierry Simelière, l’adjoint aux travaux, Marcel Quelen, le DGS, Philippe Louesdon, et les policiers municipaux. Puis l’arrivée de l’identification criminelle avec les experts de la police scientifique, comme ceux de Miami et de Manhattan.

identification criminelleVoyant une telle mobilisation, j’ai pensé qu’il devait y avoir des morts et des blessés et j’ai imaginé une tuerie comme celle d’Orlando, en Floride, une cinquantaine de morts et une cinquantaine de blessés. Mais non, il n’y avait en tout et pour tout qu’une vitre cassée, un porte de congélateur ouverte et quelque remue ménage dans les locaux. Alors qu’est-ce qui justifie une telle réaction ? Était-ce un exercice ? Un coup de pub ? Une crise aiguë de de paranoïa chez les pouvoirs publics ?

Je penche pour la dernière solution, et je me dis aussi que dans les Côtes d’Armor il doit y avoir des sureffectifs dans la gendarmerie et dans la police municipale. Une réduction de ces effectifs au profit des zones à risque en périphérie des grandes villes me semble plus que pertinent.

J’ai aussi du mal à comprendre pourquoi des produits stockés dans un congélateur ouvert pendant la nuit ne pourraient pas être utilisés le matin : ils n’ont pas eu le temps de dégeler. Sans doute le principe de précaution.

Et je ne peux m’empêcher de rapprocher ce fait divers de la politique de vidéosurveillance de la ville de Saint-Quay-Portrieux et du projet de “protocole participation citoyenne”, soumis à l’approbation du conseil municipal du vendredi 24 mars, qui consiste à mettre en place dans chaque quartier un réseau d’informateurs de la gendarmerie nationale. Un dispositif organisant la délation et la dénonciation, qui n’est pas sans rappeler les heures sombres de la milice dans la France des années 1940 et de la Stasi à Berlin Est dans les années 1970. Bien évidemment je voterai contre l’adoption de ce ce dispositif.

PS : J’ai lu cet après-midi dans une dépêche du “Frankfurter Allgemeine Zeitung”, qu’un homme « lourdement armé » aurait pris en otage des spectateurs avant d’être abattu par la police. Il s’et avéré que l’homme n’était pas armé, son arme était un pistolet d’alarme (c’est un jouet en zamak qui fait un peu de bruit mais qui ne présente aucun danger). Là encore, ça me fait penser au jeune enfant noir américain qui avait pointé un pistolet factice vers un policier et s’était fait abattre. L’Europe envisage une réglementation des armes qui interdirait la vente libre des pistolets d’alarme, des armes à blanc, des armes neutralisées, à poudre noire, etc. Je salue cette excellente initiative.

Poussins du jour

poussins

Monsieur Le Coq et madame La Poule ont l’immense joie de vous faire part de la naissance de leurs quatorze bébés, nés à Plourhan (Côtes d’Armor), dimanche 5 juin 2016. Les bébés poussins, qui ont réussi à percer leur coquille se remettent de leurs émotions dans la douce chaleur de l’éclosoir.

Ps : article publié dans stquay.com le 5 juin 2016, à ce jour, vendredi 17 mars, les poussins de deux semaines se portent bien, de nouvelles photos dans quelques jours….

We Will Make America Great Again!

 La lettre de Donald Trump à ses abonnés, reçue ce matin. Le texte est court, les phrases aussi, le vocabulaire est facile, une bonne occasion de réviser votre anglais.

Dear Xxxxx,

First, I would like to thank the people of Montana, South Dakota, New Mexico, New Jersey and California.

I am honored by your support.

Together, we accomplished what nobody thought was possible – and we’re only getting started.

Tonight, we close one chapter in history and begin another.

Our campaign received more primary votes than any GOP campaign in history. This is not a testament to me, but a testament to all the people like you who believed real change is possible.

We have received wide spread support, winning 37 states from New Hampshire, to Alabama1, to California2 and everywhere in between.

djt3.PNGYou have given me the honor to lead the Republican Party to victory this fall, and I won’t let you down. I will make you proud of your party, our movement and most importantly, our country.

To everyone who voted for me throughout this campaign: thank you.

My message continues to resonate and I know that my vision for the country is one that will make us stronger and better than ever before. Now more than ever we must be smart, we must be vigilant, and we must be tough. Every day moving forward – we must work to bring about all of the changes necessary to put an end to the destruction caused by the current administration.

I am going to be the best jobs President God ever created! We are going to revitalize our economy, rebuild our infrastructure, repeal and replace ObamaCare, strengthen our military, defeat ISIS, end illegal immigration and put America first!

djt7.PNGThis is a movement – it’s about common sense and doing the right thing. I’m going to take care of people. I’m going to make sure this country comes first. As Americans, we have incredible potential and I am the leader this country needs to Make America Great Again.

Thank you again for your support.

Best Wishes,


Donald J. Trump

Paid for by Donald J. Trump for President, Inc.
info@donaldtrump.com

(1) Prononciation de “Alabama” : (les quatre “a” se prononcent différemment)
(2) Prononciation de “California” : (écouter la prononciation du premier “i”)

La nano technologie RF 85 chez Anderson

ShootingIndustry-June2016Le magazine “Shooting Industry” du mois de juin vient de paraître !

En page de couverture, un fusil Anderson. Grâce à un traitement permanent par RF85, une nano-technologie qui injecte du calcium dans le tissu moléculaire du métal, ce fusil ne nécessite aucune lubrification. Le traitement RF85 est permanent. Il est dans le métal. Il réduit la friction de 85% et se rode avec le métal. Sous l’effet de la chaleur et de la pression, les nano particules de calcium s’allongent et forment une barrière protectrice qui élimine la nécessite de lubrifier.

Un autre avantage est qu’en l’absence du film d’huile qui piège les particules de carbone, le fusil reste propre plus longtemps. Classiquement, une arme lubrifiée piège les sous-produits carbonés des explosifs. Sous la chaleur armes, le composé gluant se transforme en goudron qui en cuisant constitue un résidu solide qui encrasse la chambre. Le risque est un accident potentiellement mortel.

Grâce à la nano-technologie RF85, le Fusil Anderson tire avec 85% de friction en moins, 23% plus rapidement, ne nécessite jamais d’être huilé, et se nettoie à l’eau et au savon.

Le marteau Talabot de Saut du Tarn

Un vieux marteau, qui vient de ma maison de “La Sarrote”, à Fauch, le village du Tarn où ma famille paternelle, originaire de l’Aveyron, s’est installée à la fin du 18ème siècle. Le marteau n’avait pas fière allure, le manche était en mauvais état et branlait (c’est fréquent chez les manches) et le métal était rouillé et souillé de mortier de ciment. J’ai eu du mal à éliminer le mortier, j’ai dissout la plus grande partie avec le nettoyant anticalcaire W5 de Lidl et gratté le reste avec un couteau et un fer à béton affûté, en regardant les photos, je vois qu’il y a encore du travail… Quelque part, je pensais trouver quelque chose en nettoyant ce vieil outil et effectivement j’ai été récompensé : une marque de fabrique est apparue : un zèbre, et juste en dessous l’inscription “TALABOT”, soulignée.

SAMSUNG CAMERA PICTURESRenseignements pris, la pièce a été fabriquée par la forge de Saut de Sabo, à Saint-Juéry, quelques kilomètres à l’amont d’Albi, une entreprise dirigée de 1832 à 1864 par Léon Talabot, nommé à sa tête par le maréchal Jean-de-Dieu Soult alors ministre de la Guerre du roi des français Louis-Philippe. Entre le lieu de fabrication (fabrication de l’acier + forge) de cette tête de marteau et le lieu où je l’ai trouvée : 14 kilomètres. Quand on pense à la mondialisation et aux milliers de kilomètres que parcourt la moindre marchandise… Mes aïeux avaient dû acheter cet outil dans les années cinquante (1850) et j’imagine que le marteau avait été acheminé du lieu de production au lieu d’utilisation par une charrette à traction animale. Je n’ai pas retrouvé trace de la commande et j’ignore si mon arrière-arrière grand père avait acheté l’outil chez un quincaillier ou l’avait commandé directement auprès de la forge. En tout cas, une chose est sûre, au vu de ses traces d’usure, c’est qu’il a beaucoup servi. Je vais lui fabriquer un nouveau manche et le garder pour mes petits enfants. Certains objets industriels, par leur beauté, raffinée ou brute, méritent de faire partie du patrimoine de l’art et de la culture.

PS : On peut lire, sur la page de couverture du catalogue de 1935, la mention suivante :

Siège social 60 rue de la Victoire, Paris 9e. Capital 18.000.000 de francs. Société anonyme des hauts fourneaux, forges et aciéries du Saut-du-Tan. Usines à Albi (Tarn), Cosne (Nièvre), mine à Alban- Le Fraysse (Tarn), stations électriques Ambialet, les Avalats, Arthès, Saint-Juéry (Tarn).

Atelier Marshmallows Spaghettis

Tour Marshmallows SpaghettiUne société d’affacturage organisait cet après midi, à Neuilly (92) une réunion du personnel suite à son entrée en bourse et à sa restructuration.
Le moyen de présenter le nouveau département aux salariés, de leur faire connaître les nouveaux objectifs et de leur permettre d’échanger ensemble.
Au programme de la réunion un atelier Marshmallows Spaghettis. L’objectif de chaque équipe de trois personnes est de réaliser, à partir d’un sachet de Marshmallows et d’un sachet de spaghettis, la construction la plus haute possible en 15 minutes (conception et réalisation).
Ci-contre, avec plus de 50 cm de hauteur, la tour la plus haute, la plus belle et la plus solide, celle réalisée par l’équipe gagnante.

Cet exercice de cohésion d’équipe s’appelle “le Marshmallow Challenge”, il permet de tirer beaucoup d’enseignements sur l’organisation du travail et le fonctionnement en équipe. Il se réalise normalement avec des spaghettis, du ruban adhésif et un marshmallow, celui-ci devant être placé au sommet de la construction. Dans cet atelier, les marshmallows remplaçaient le scotch.

Port d’une arme dissimulée aux États-Unis

Conceal & Carry Handguns - Summer 2016Tous les Etats américains autorisent le port d’une arme dissimulée sous certaines conditions. 42 états exigent un permis. 8 états (Alaska, Arizona, Idaho, Kansas, Maine, Vermont, Virginie-Occidentale et Wyoming) autorisent les particuliers à porter des armes dissimulées en public sans permis. (Cependant, sept de ces huit Etats délivrent encore des permis de port d’armes cachées pour les particuliers désireux de bénéficier d’une exemption de vérification des antécédents au regard de la loi fédérale lors de l’achat d’une arme à feu, ou pour les autoriser à  porter des armes dissimulées dans d’autres Etats). En outre, le Mississippi autorise les particuliers à porter des armes de poing dissimulées et chargées en public sans permis, uniquement si l’arme de poing est dans un sac à main, une sacoche, un porte-documents, ou une mallette fermée.
Sur les 42 États qui exigent un permis de port d’armes dissimulées en public, 9 états n’accordent pas de permis si le demandeur n’est pas de bonne moralité ou s’il ne justifie pas d’une bonne raison de porter une arme en public. Les 33 autres états accordent facilement la plupart des demandes de port d’armes cachées.
La plupart des états imposent des restrictions sur les lieux où le armes à feu cachées peuvent être portées, notamment dans les bars, les écoles et les hôpitaux, et lors des événements sportifs publics.
La revue Concealed Carry Handguns se consacre aux armes de poing de faible encombrement, à leurs dispositifs de port et à leur maniement. Le numéro de l’été 2016 vient de paraître.

Pistol P08 Parabellum WWII Edition

Dans la série “Légendes” d’UMAREX, je vous présente aujourd’hui le Pistolet P08 Parabellum édition spéciale 1939-1945, 2ème guerre mondiale.

P08Je viens de recevoir ce pistolet CO2 tirant des billes d’acier “BB” de 4,5mm, que j’avais commandé par internet à “l’armurerie française”. Il s’agit d’une réplique du célèbre Luger Parabellum P08, un des premiers pistolets semi-automatiques, conçu par Georg Luger en 1908, fabriqué par la Deutsche Waffen und Munitionsfabriken (DWM) de 1900 à 1942, et utilisé par l’armée allemande durant les deux premières guerres mondiales. Ce pistolet, initialement chambré en 7,65mm, a fortement contribué à l’adoption du 9mm Parabellum, une des munitions les plus répandues dans le monde.
Mon pistolet CO2 (en haut à droite de la photo) a été fabriqué par UMAREX, une société allemande (fondée en 1972 et rachetée en 1993 par Walther) spécialisée dans la fabrication de répliques d’armes à air comprimé. UMAREX a en catalogue deux répliques du P08 : l’une avec culasse fixe et l’autre, celle que je vous présente aujourd’hui, avec une culasse mobile “blowback”. Avec la spécificité blowback, la culasse recule après chaque coup, comme avec l’arme originale. Réalisée par un emprunt de gaz, cette technique diminue des performances du tir, avec une vitesse initiale plus faible (90m/s au lieu de 125 m/s) et sans doute une perturbation du tir en raison du mouvement de la culasse. En contrepartie, le mouvement si particulier de la culasse du P08, particulièrement réussi dans la réplique d’UMAREX, est reproduit avec un réalisme bluffant. On arme la culasse comme avec un P08 9mm, et une fois que le chargeur est vidé, la culasse reste relevée.
J’avais apporté ce matin, au club de tir de Lézardrieux, mon P08 CO2. Coïncidence, au 25 m, Christian avait apporté son P08 9mm (en bas à gauche de la photo). J’ai posé le mien à côté du sien, nous les avons jaugés, comparés, et tiré avec les deux (les puissances de tir et la précision sont bien évidemment sans commune mesure). Mon P08 UMAREX fait partie de l’édition spéciale WWII. L’arme est volontairement vieillie, avec des défauts de bronzage laissant penser à de l’usure, on aime ou on n’aime pas… Les organes étant en Zamak (un alliage de zinc, d’aluminium et de magnésium), en y regardant de près, l’aspect, même (et a fortiori) vieilli, est assez éloigné de celui de l’acier bronzé. Cependant les différentes pièces sont très proches de l’original, et le poids et la tenue en main identiques. Côté bronzage, je n’apprécie pas vraiment le vieillissement artificiel, mais je ne désespère pas de trouver le moyen d’appliquer une patine plus réaliste.
En repartant, j’ai failli emporter le P08 de Christian, croyant que c’était le mien…

Technique

1) Caractéristiques des billes :
Biberon_Billes_Acier_4.5mmJe me suis intéressé aux projectiles utilisés dans les pistolets à CO2. Il s’agit de billes sphériques dénommées BB en référence à une nomenclature de diamètre de billes utilisées comme chevrotine dans les fusils de chasse américains. Les caractéristiques de ces billes, indiquées par le fabricant, UMAREX, sont les suivantes : acier, calibre 4,5 mm, masse 0,350 g.
J’ai mesuré le diamètre d’une bille au pied à coulisse électronique : 4,36 mm précisément, il y a donc un jeu de 0,07 mm entre la bille et le canon, ce qui lui évite de se coincer, l’acier étant indéformable, contrairement au plomb.et la masse,
J’ai ensuite mesuré la masse des billes avec une balance électronique de précision. 100 billes pèsent 34,86 g, la masse moyenne d’une bille est donc de 0,3486 g. Le volume d’une sphère étant égal à 4/3 * Π * r3, soit  4/3 * Π * 2,183 = 0,043396838, arrondi à 0,0434 mm3, en divisant la masse (0,3486 g) par le volume (0,0434 mm3), j’obtiens 8,032, ça correspond plus à la masse volumique d’un acier inoxydable type 304* qu’à celle d’un acier au carbone (7,085). Or les billes sont probablement en acier galvanisé au zinc. Il y a là un mystère… que quelqu’un m’aidera à résoudre ?
(*) austénitique avec 18 % de chrome et 10 % de nickel

2) Ėnergie des billes:
Flacon_Billes_Plastique_4.5mmLa vitesse initiale n’est pas précisée dans la notice du fabricant, il est seulement indiqué que l’énergie était inférieure à 3 joules. En me basant sur le chiffre de 90m/s ou 300ft/s trouvé sur des sites internet sérieux, je calcule l’énergie du projectile avec la relation E = 1/2 m v2
E = 1/2 * 0,350 * 902 = 1,4 joules
C’est très peu, mais cela permet d’utiliser le pistolet en appartement sans crainte de se blesser ou de blesser quelqu’un avec les ricochets.
Il y a mieux, à cet égard, car des billes en plastique assez dur pour supporter le tir dans un pistolet à CO2 viennent de sortir. La masse de la bille est de 0,13 g, c’est assez lourd pour du plastique, le gros avantage est qu’avec la même vitesse initiale de 90 m/s (il est possible qu’elle soit plus élevée), l’énergie cinétique est ramenée à 0,5 joules, ce qui permet de jouer avec sécurité dans un appartement. Ne visez personne cependant !

La périphrase pour éviter la répétition

En bon français, la répétition s’évite soit par le pronom, soit par la périphrase. Les journalistes, tous médias confondus, excellent dans l’emploi de cette dernière, j’en veux pour preuve un article publié hier par BFM TV dans lequel j’ai fait figurer le sujet et sa répétition en gras, en bleu pour le pronom, en rouge pour la périphrase :

BFM-TV« La guerre Copé-Fillon a laissé des traces. Trois ans et demi après le fiasco de l’élection du président de feu l’UMP, le scandale de la COCOE et la prise de pouvoir musclée de Jean-François Copé, Henri Guaino craint que l’histoire ne se répète. L’ancienne plume de Nicolas Sarkozy, qui n’exclut pas d’être candidat lui-même, s’inquiète du climat qui règne entre les concurrents à la primaire de la droite et du centre.

Henri Guaino, qui n’en est pas à sa première élection, est lucide sur la situation de son parti, Les Républicains. Selon le député des Yvelines, “tout le monde va se foutre sur la gueule” pendant la campagne à l’investiture pour l’élection présidentielle, croit-il savoir dans les colonnes de Marianne.

Un pugilat auquel pourrait bien participer l’éminence grise de Nicolas Sarkozy, même s’il* refuse de se déclarer officiellement tant qu’il* n’aura pas obtenu les parrainages de 20 parlementaires de droite.

(*) grammaticalement “il” se rapporte à une éminence et devrait s’écrire “elle”, cependant le sujet étant Henri Guaino, “il” devient sémantiquement pertinent.

Pour autant, ses soutiens y croient et assurent, toujours dans l’hebdomadaire, qu’il a “60% de chances” d’y arriver.

Les autres candidats à la primaire n’ont pas attendu Henri Guaino pour mettre le feu aux poudres. Après la tentative de Nicolas Sarkozy de modifier en catimini les règles du vote, l’équipe des juppéistes a accusé l’ancien président de jouer la carte du “pourrissement”. Réponse cinglante de l’ancien chef d’Etat: “Juppé, c’est Chirac, il ne fera rien”.

De son côté, Jean-François Copé prévient Sarkozy qu’il ne doit “pas se faire d’illusion sur (sa) détermination”. Même animosité de Bruno Le Maire à l’égard de François Fillon qu’il accuse de faire la “course à l’échalote ‘plus thatchérien que moi tu meurs’”. La boucle est bouclée avec l’ancien Premier ministre qui juge Nicolas Sarkozy “totalement en dehors de la vie”. »

Un locuteur étranger ne comprendra pas immédiatement qu’Henri Guaino, l’ancienne plume de Nicolas Sarkozy et le député des Yvelines ne sont qu’une même et seule personne.

Les politiques, en revanche, à l’instar du premier d’entre eux, répètent inutilement le sujet par le pronom personnel “La France, elle a des atouts…”, “Cette politique, elle coûte à la croissance”, “Les résultats, ils tardent à venir”.