Présitrack 2017 : les courbes se croisent

Je continue à publier tous les jours les résultats du sondage quotidien Présitrack 2017, pour y accéder, il vous suffit de cliquer sur le menu “Présitrack 2017” en haut et à droite de la page. Deux faits marquants aujourd’hui : le croisement des courbes de Jean-Luc Mélenchon et de Benoît Hamon, Mélenchon parvient enfin à son but : passer devant le Parti Socialiste. Mais Benoît Hamon est-il le parti socialiste ? Pas sûr, si l’on voit le nombre de membres éminents de ce parti qui rejoignent Emmanuel Macron.

Un Emmanuel Macron qui fait désormais jeu égal avec Marine Le Pen, à eux deux ils rassemblent 50% des sondés.Les courbes vont-elles se croiser, comme l’indiquent un autre sondage, ou diverger à nouveau comme le 10 mars ?

Mes prévisions : je pense que l’écart entre Hamon et Mélenchon va s’accentuer, en même temps que les défections de socialistes soutiens de Hamon. Ça devrait renforcer Macron, mais en même temps le positionner plus à gauche qu’à droite et de fait, certains des républicains qui vont quitter Fillon devraient se reporter sur Nicolas Dupont-Aignan et en moindre mesure sur Marine Le Pen.

Au final, le vote utile, c’est Macron ou Le Pen, c’est une évidence pour les électeurs de gauche, mais pas pour ceux de droite qui sont privés d’un candidat qui honore leurs valeurs (dont l’honnêteté).

Les « courants » du PS tournent à l’affrontement.

Ci-après les extraits d’un article de Ouest-France, qui en dit long sur le respect des engagements pris :

«  »
La Haute Autorité des primaires citoyennes a dénoncé dans un communiqué le « comportement » de Manuel Valls, qui ne parraine pas Benoît Hamon, le candidat à la présidentielle du PS, et critique son programme.
La HAPC rappelle que, « comme tous les autres candidats, Manuel Valls a signé de sa main la Charte éthique de la primaire qui précisait ceci :  « Je m’engage à soutenir publiquement le (la) candidate qui sera désigné-e à l’issue des primaires citoyennes et à m’engager dans sa campagne » ».
La HAPC « constate qu’un tel comportement contrevient gravement au principe de loyauté et à l’esprit même des primaires dont l’engagement principal consiste à soutenir sans réserve le candidat sorti vainqueur .  Au-delà du manquement à la parole donnée, Manuel Valls livre une analyse politique condamnant le programme du candidat issu des Primaires citoyennes auxquelles il a participé ».
Dimanche, dans le JDD, M. Valls avait indiqué ne pas croire « que l’avenir de la France passe par une sortie du nucléaire, par l’abandon des règles et des interdits -je pense bien sûr à la légalisation du cannabis -, par le dénigrement de cette valeur qu’est le travail, par une fuite en avant avec le gonflement de notre dette, qui n’est que la promesse de hausses d’impôts .  Faire croire tout cela, c’est trahir le passé de ma famille politique. C’est surtout livrer la France à ceux qui préparent le pire des avenirs ».
«  »
Le début de la déconfiture pour le PS, ou une machination machiavélique de la bande à Hollande (digne du Grand Satan Mitterrand), pour mettre en avant le candidat Macron ?

les déclarations de patrimoine des candidats à la HATPVP

La Haute Autorité a publié les déclarations de patrimoine des candidats à l’élection présidentielle :

Intéressant de voir comment les patrimoines correspondent aux lignes politiques de leurs détenteurs. J’imagine un jeu : partir du patrimoine et de sa répartition (immobilier, banque, voitures), et essayer de positionner son détenteur sur l’échiquier (ou plutôt le demi-cercle) politique.

Les déclarations d’intérêts et de patrimoine de Bruno Le Roux

J’ai voulu consulter les déclarations d’intérêts et de situation patrimoniale de Bruno Le Roux sur le site de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique. Elles n’y sont pas. Y étaient-elles avant l’affaire ou ont-elles été retirées ? En revanche, la plupart des déclarations des ministres en exercice sont disponibles en téléchargement.

Pendant ce temps, ça se gâte tous les jours un peu plus pour Fillon.

Emplois fictifs et trimestres de retraite

Un à-côté des emplois fictifs, surtout pour les enfants de parlementaires, outre la rémunération sur le moment, est de permettre de valider des trimestres d’activité, bien pratiques pour partir plus tôt en retraite. Et contrairement à ce qu’on peut penser, un job d’été d’un mois peut permettre la validation non pas seulement d’un mois, mais de 1, 2, 3, voire 4 trimestres selon le salaire versé, ainsi pour valider un trimestre, il faut gagner au minimum 1464€, 2928€ pour deux trimestres, 4392€ pour trois trimestres et 5856 € pour quatre trimestres (sans pouvoir valider plus de 4 trimestres au cours d’une année).

Autrement dit, les enfants Fillon et les enfants Le Roux, avant même d’être entrés dans la vie active, ont déjà accumulé plusieurs années de droits à la retraite. Ils remercieront leur Papa dans 30 ou 40 ans !

Ce système est complètement injuste, je suis furieux que personne ne le dénonce, il a pour effet que les jeunes qui font de longs stages en entreprise, des stages où ils travaillent vraiment et font gagner de l’argent à l’entreprise (certaines vivent uniquement de ça), n’accumulent pas de temps pour leur retraite, alors que ceux qui bénéficient d’emplois plus ou moins fictifs (classer des papiers…) mais bien rémunérés, partent dans la vie avec quelques années d’avance en matière de droits de retraite sur leurs camarades. Utile quand dans 40 ans le versement d’une retraite à taux plein sera assujetti à 50 ans d’activité !

Pas de gazon synthétique au stade Eugène Lallinec

Le terrain synthétique au stade Eugène Lallinec, c’était une promesse électorale destinée à se faire élire maire de Saint-Quay-Portrieux. Tout le monde l’avait compris, sauf Noël Guitton, du Goëlo Football club. A l’époque, pour obtenir les voix des footeux, tous les candidats ou presque avaient promis une pelouse au dynamique Nono.

Thierry Simelière avait rassuré ses colistiers, inquiets du coût important d’un gazon synthétique (au moins 600 00 €), il nous avait dit qu’il ne s’était engagé à financer le projet qu’à condition que le club trouve de son côté 300 000 € de subventions, et qu’il y avait peu de chances qu’il y parvienne.

Cependant le club a réussi à obtenir 278 000 € de promesses de subventions, soit presque la moitié du coût du projet, estimé à 600 000 €*. S’ensuit avec la mairie une querelle de TVA, Noël Guitton faisant valoir que la commune peut récupérer la TVA sur la subvention versée. C’est un point à vérifier. Si on raisonne en prix hors taxes, il faut considérer que les les 278 000 € de promesses de subventions sont du TTC. Ramené en hors taxes, ça fait 231 700 € (arrondi). Il manque donc 18 300 € hors taxes ou 22 000 € TTC, on y est presque.

J’avais pris la photo ci-dessous le 4 janvier 2014, on voit bien que le terrain de jeu n’est qu’un marécage. Comme l’a dit Nono à Ouest France, “le stade Lallinec devient un véritable bourbier par temps de pluie, en raison de la présence de deux sources”.

2014-01-04 13.26.59PSR

Il a tout à fait raison, je l’ai constaté à plusieurs reprises en contournant le stade en VTT, les chemins sont quasiment impraticables par temps de pluie. On voit bien sur la carte IGN ci-dessous que les deux terrains sont situés au bas d’une pente relativement forte, presque dans un talweg, d’ailleurs en contrebas, de l’autre côté de la route, derrière Netto, un étang au lieu-dit les Fontaines, en témoigne, le ruisseau qu’il alimente se jette dans la mer à la grève Saint-Marc.

Le problème du stade Lallinec est donc l’absence ou l’inefficacité du système de drainage. Installer un terrain synthétique sans drainer la zone serait courir à la catastrophe, bonjour les dalles de moquette flottant dans le marigot.

Un gazon synthétique, c’est remplacer de l’herbe par des produits dérivés du pétrole, c’est une solution complètement anti-écologique, qui requiert un entretien presque aussi coûteux qu’une pelouse et qui doit se changer au bout de dix ans.

Je préconiserais plutôt de revoir le drainage du terrain, j’ignore si c’est possible, je ne sais pas ce qui a été fait par le passé, je ne sais pas où passent les ruisseaux ou les sources, il faudrait que j’aille faire une reconnaissance sur place, mais en tout cas, le parking de Netto qui est situé bien plus bas n’est pas inondé par temps de pluie.

Gazon synthétique ou pas, il va bien falloir trouver une solution pour rendre ces terrains praticables (à moins de se reconvertir dans le Water Football (cf photo), je pense qu’il serait utile de consulter un hydrogéologue, un géotechnicien ou un expert en sols.

PS (*) Le budget prévisionnel (décembre 2014) était de 859 200 €, c’est sur la base de ce budget que le conseil municipal a voté, le 16 décembre 2014 :

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, Décide par vingt et une (21) voix pour, zéro (0) contre et deux (2) abstentions (MM. Denis ROQUES et M. Georges BREZELLEC), – d’approuver le projet de dossier de création d’un terrain en gazon synthétique au stade Eugène Lallinec pour un montant prévisionnel de 716 000 € HT, soit 859 200 € TTC ainsi que le plan de financement prévisionnel.

Notez la façon dont la délibération a été rédigée, c’est très très malin : “le Conseil Municipal approuve le projet de dossier de création d’un terrain en gazon synthétique au stade Eugène Lallinec”. Il approuve “le dossier de création”, il n’approuve pas “la création” et il ne s’engage aucunement à financer quoi que ce soit. Nono n’y a vu que du feu…

19 fils 2,5 mm2dans un tube IRL Ø 25 mm

Suite à l’article “7 fils 2,5 mm2dans un tube IRL Ø 16 mm”, je me suis demandé combien on pouvait faire passer de fils électriques 2,5 mmdans un tube IRL  Ø 25 mm. Les fils électriques, comme les câbles en acier (câbles de ponts) ne se groupent bien que pour certaines valeurs d’entiers : 1, 2, 3, 7, 19,… Le meilleur groupement est sans conteste 7, c’est celui qui est utilisé pour beaucoup d’assemblages de câbles en torons. Vient ensuite 19 comme dans le schéma ci-contre. Remarquons les alignements de 5 sections à l’horizontale, à 60° et à 120°. Le diamètre maximal d’un tel assemblage est égal à 5 fois le diamètre d’un fil. Avec des fils de 2,5 mm2, d’un diamètre de 3,89 mm, le toron présente un diamètre de 19,45 mm. Il passe donc dans un conduit ICT Ø 25 mm, dont le diamètre intérieur est de 21,3 mm.

Beaucoup de bruit pour pas grand chose

Un pistolet ou un revolver à grenaille, un pistolet selon les journalistes, un revolver Flobert 9mm selon le procureur François Mollens.

J’ai entendu sur une radio que Ziyed Ben Belgacem aurait fait feu à 10 reprises dans un bar à Vitry sur Seine avec son arme. Difficile à croire car en 9mm, un barillet de revolver ne peut contenir que 6 munitions et ça prend du temps à recharger car il faut extraire les cartouches et les remplacer une par une, alors qu’avec un pistolet, il suffit d’extraire le chargeur, d’en insérer un nouveau et d’armer la culasse. Pendant le temps que le tireur recharge son revolver, il est complètement vulnérable, il est donc préférable d’en avoir deux, ce qui permet de tenir en joue les cibles pendant qu’on recharge.

Le pistolet ou le revolver à grenaille, c’est de la merde, à moins de viser à bout portant en pleine figure, ces saletés sont totalement inefficaces et font du mal pour rien. Et c’est une très mauvaise idée pour se défendre car l’agresseur blessé vous fera la peau ou vous poursuivra en justice selon que c’est lui ou vous qui aurez le dessus.

Ces trucs idiots étaient autrefois en vente libre et je me souviens que mon jeune beau-frère en avait acheté un. Je l’avais testé en tirant sur une feuille de papier. Ça ne tire pas droit, ça ne perce la feuille que si on tire à bout portant et ça laisse des traces sales comme un pot d’échappement. Désormais ces pistolets ou revolvers à grenaille sont soumis à autorisation de détention au même titre qu’un Colt Python 357 Magnum, autrement dit personne n’en achète et je pense qu’ils ne sont plus fabriqués du moins pour la France. Ce n’est pas le cas des pistolets ou revolvers « à blanc » qui font autant voire plus de bruit. Je crois que la plupart des pistolets ou revolvers à blanc ou à grenaille sont fabriqués en Zamak, un alliage de zinc, d’aluminium et de magnésium et de cuivre, qui fond à relativement basse température et se moule facilement, mais qui est peu résistant, ce qui rendrait ces armes complètement impropres à tirer une cartouche à balle réelle, d’autant plus qu’il y a une aiguille d’acier en travers du canon, qui empêcherait la progression d’une balle et ferait exploser le canon en cas d’utilisation. Pour rendre l’arme utilisable, il faudrait retirer l’aiguille d’acier et la chemiser avec un canon rayé, aussi difficile que de fabriquer une arme neuve.

A grenaille, à blanc, à air comprimé ou air-soft, les répliques d’armes sont très dangereuses pour ceux qui les manipulent, car un malfaiteur ou un policier armé croyant que ce sont de vraies armes n’hésitera pas à abattre leur porteur.

Pour en revenir à Ziyed Ben Belgacem, le surdiplômé (9 mentions à son actif), je suis surpris qu’il n’ait pas réussi à se procurer une vraie arme de poing, on raconte tout le temps qu’en Seine Saint-Denis il est enfantin de s’en procurer. Ou alors il était si con qu’il s’est fait fourguer un 9m à grenaille à la place d’un 357 Magnum (le 357 fait aussi 9mm de diamètre). Il existe des armes létales en vente libre (qui à mon avis ne devraient pas l’être), mais Ziyed l’ignorait sans doute.

Je m’étonne également qu’armé seulement de ce pistolet à grenaille il ait pu échapper à un contrôle de police. J’ai lu aussi dans sa biographie qu’il avait commis des attaques à main armée, était-ce aussi avec ce genre d’arme ? Deux points communs dans les attaques, contre les policiers et contre les forces de l’opération sentinelle : à chaque fois il s’en est pris à une femme, en tirant au visage de la policière puis en essayant de désarmer une soldate à Orly.

Je continue de penser que l’opération sentinelle telle qu’elle est organisée, est inefficace, même si les militaires d’Orly s’en sont bien tirés. Les soldats ne sont pas préparés à ce genre de situation, ils sont trop visibles et leurs armes sont inadaptées au combat rapproché, des pistolets semi-automatiques et des matraques télescopiques (voire des poignards ou des baïonnettes comme celles qui équipent les FAMAS)  seraient plus adaptés que le FAMAS trop encombrant et trop puissant (c’est une arme faite pour tirer de loin). Qui plus il y a toujours le risque que parmi les militaires il y ait un « radicalisé » ou un fou, même si le risque est très faible, multiplié par 10 000, il n’est plus négligeable.

Par ailleurs, si la prochaine fois ce n’est plus un « Allahou Akhbar » mais trois ou quatre fous d’Allah aguerris et décidés qui s’attaquent aux militaires en même temps, l’effet de la surprise aidant, le chances sont plutôt du côté des assaillants. Le meilleur moment pour attaquer un militaire, c’est quand il mange, ses deux mains sont posées sur la table, son fusil est suspendu sur sa chaise et son attention est concentrée sur son assiette. Je ne dis pas ça pour les terroristes, bien au contraire, je dis ça pour les militaires afin qu’is fassent plus attention et ne se fassent pas dérober leurs armes à leur insu comme les deux dans le Mac Do de Grenoble

Beaucoup de bruit pour pas grand chose

Enfin, pourquoi avoir fermé Orly Sud et Orly Ouest et interdit à tous les avions de décoller ou d’atterrir pendant une demi-journée ? Une fois que Ziyed a été abattu, il n’y avait plus aucun risque. Croyait-on à une réédition des attentats du 13 novembre 2015 ? Comme quand le Louvre a été fermé pendant une journée entière après l’attaque d’Abdallah El Hamahmy. Quand les attaques seront devenue quotidiennes (le plus tard possible), comme en Israël, on les traitera comme de banals accidents de la circulation et on reprendra plus rapidement une activité normale.

Une autre chose m’interpelle : comment se fait-il qu’il ait fallu au Louvre et à Orly plusieurs balles pour neutraliser les assaillants sachant que la munition 5,56 mm OTAN chambrée par le FAMAS, bien que de petit calibre et donc très légère, a une grande vitesse initiale, ce qui lui confère une énergie de 1700 à 1800 joules. Par ailleurs, en raison de sa forme allongée et de son centre de gravité situé très en arrière elle bascule a tendance à basculer en pénétrant la cible et elle la traverse en tournoyant quand elle n’explose pas, ce qui provoque d’énormes dégâts dans le corps de la cible. Alors comment Abdallah a-t-il survécu après avoir reçu 5 ou  6 balles dans le ventre et pourquoi a-t-il fallu tirer à trois reprises sur Ziyed avant qu’il soit neutralisé ?

Ci-dessous les caractéristiques des munitions utilisées par la force sentinelle et ceux utilisés par les terroristes , je parle de la Kalashnikov, pas du pistolet à grenaille :

Arme Munition Longueur cartouche Masse projectile Vitesse Énergie
FAMAS 5,56 OTAN 5,56 × 45 mm 3,95–5,18 g 930–772 m/s 1700–1830 J
Kalashnikov 7,62 x 39 M43 7,62 × 39 mm 6,5–7,8 720 m/s 1991 J

7 fils 2,5 mm2dans un tube IRL Ø 16 mm ?

Dans un précédent post, j’ai donné les sections des fils et des gaines utilisés dans l’alimentation électrique d’un appartement. Et la contenance admissible des tubes IRL et des gaines ICTA, basée sur un taux de remplissage de 30% des conduits.

Dans certains cas, en rénovation essentiellement, il faut se contenter d’une faible section de passage : saignée superficielle dans mur dur (pierre ou béton), passage de poutre ou de poteau, etc. Si le conduit est rectiligne et aboutit aux deux extrémités dans des boîtes de dérivation, ce qui permet un bon tirage des câbles, il est possible de le garnir beaucoup plus.

J’ai testé la capacité maximale d’un tube IRL Ø 16 mm, physiquement en introduisant les fils dans le tube et géométriquement avec un schéma. Sept fils, ça fait un fil au milieu et six fils autour, et ça occupe un espace minimal, avec un diamètre de trois fois le diamètre d’un des fils. J’ai dessiné le schéma de droite en représentant à l’échelle les dimensions de sept fils électriques H07VU 2,5 mm2 et d’un conduit IRL Ø 16 mm

Un toron constitué de 7 fils de 2,5 mm2 entre donc dans un tube IRL de 16 Ø mm, à condition de bien positionner les fils, comme sur le schéma. Ce qui permet d’alimenter 3 circuits prises indépendants avec une terre commune. Petite astuce qui m’a aidé dans ma rénovation, j’espère que ça pourra aider mes compagnons bricoleurs…

Fusillade de Grasse : qui est le vrai coupable ?

Chaque fois qu’un événement marquant se produit je découvre que je connaissais un protagoniste, un participant ou une victime, ça a été le cas du crash de Sainte-Odile où un collègue de travail (un géologue que j’appréciais beaucoup) était dans l’avion, du World Trade Center, où le fils de mon collègue du bureau voisin était dans une des tours, et de la fusillade du Lycée de Grasse, où était le neveu de ma compagne.

Dans l’affaire de Grasse, les responsables sont avant tout les membres de la famille du jeune homme qui lui ont permis de se saisir de leurs armes. Un tireur sportif ou un chasseur est tenu d’entreposer ses armes dans un coffre-fort ou une armoire forte. C’est lui qui est responsable, s’il a laissé traîner la clé du coffre ou la combinaison. Les préfectures se contentent de n’importe quelle copie de facture d’acquisition d’un coffre pour délivrer une autorisation de détention d’arme à feu de catégorie B. Elles devraient exiger un niveau de qualité produit, des dimensions adaptées aux armes à stocker, une fixation solide (chevilles ou scellement) et une protection clé + code. Quant aux détenteurs d’armes, il faut les sensibiliser aux risques d’emprunt ou de vol et les poursuivre en cas de négligence.